Forêt durable

C'est quoi une forêt durable ?

La forêt :

On pourrait penser qu'avec sa capacité à capter le gaz carbonique pour en rejeter l'oxygène, sa faculté d'abriter une faune diverse, sa capacité à se renouveler  pour fournir le bois de construction, le papier, et autres produits dérivés de la cellulose, la forêt s'intègre naturellement dans le cadre du développement durable. Ce n'est pas tout à fait exact.

Une forêt ne peut être qualifiée de durable que si son exploitation et son renouvellement n'altèrent pas son environnement proche - et lointain -

  • environnement faunistique et floristique
  • nappes phréatiques, sources, et cours d'eau.
  • le paysage.
  • les activités sociales et économiques proches liées ou non à la forêt.

Ce qui se passe actuellement

les techniques de gestion et d’exploitation forestière actuelles ne s'inscrivent pasdans une logique de développement durable.  

  •  Les plantations mono spécifiques de résineux sont appauvrissantes aussi bien pour la faune, la flore et les ressources en eau sans parler du paysage.
  •    
  •  Les coupes rases ont des effets indésirables tel que l’érosion des sols
  •    
  •  La mise andains implique l’utilisation d’équipement lourd favorisant les problèmes dus au compactage des sols. L’andainage ne répartit pas uniformément les apports en matières organiques et en prive les jeunes arbres d’où un usage d’engrais lors des plantations.
  •    
  •  Le dessouchage entraîne des problèmes d’érosions lors de forte précipitation, et la fine couche de terre arable se retrouve rapidement lessivée et transportée jusqu'à un cours d’eau voisin qui s’en retrouvera rapidement ensablé.   

Economiquement, cette technique de gestion correspond

  • à des dépenses régulières d'entretien
  • à des recettes ponctuelles lors des coupes d'éclaircies et bien sûr de la coupe finale

Elle permet par contre une forte mécanisation.

Cycle de la foret entre 35 à 50 ans.

Abattage et plantation raisonnée

A l'opposé de la culture mono-spécifique existe l'exploitation raisonnée qui s'appuie sur une cuture multi essences associée à une régénération naturelle "aidée".

L'entretien et l'exploitation de la forêt d'effectue régulièrement ; on effectue des coupes dites "de jardinage" consistant

  • à abattre les arbres ayant atteint leur maturité en vue de leur utilisation : ameublement pour les essences adaptées, bois construction pour les résineux, trituration ou bois de chauffage pour les autres essences.
  • à favoriser la croissance des jeunes arbres "prometteurs". La taille qui en résulte partant en trituration ou en bois de chauffage.

D'un point de vue environnemental, l'intérêt est évident

  • en préservant la biodiversité et les ressources en eau,
  • en évitant l'érosion des sols fertiles

D'un point de vue économique, ce mode de gestion lisse les dépenses et les recettes ; et favorise dans une certaine mesure l'emploi local en limitant fortement la grosse mécanisation.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×